Les revenants


  • l‘Au-delà a toujours fasciné ou inquiété l’homme (avenir obligé et mystérieux)
  • crainte de savoir ce qui se passe là-bas
  • se concilier les bonnes grâces des puissances qui gouvernent ce monde
  • monde chrétien : l’Enfer a un sens précis (lieu de châtiment) = paradis (lieu de récompense), entre les 2, le purgatoire (antichambre du dernier)

Les voyageurs de l’Au-delà sont le plus souvent des âmes qui n’ont pas encore trouvé le repos et doivent subir des épreuves liées au monde des vivants qui craignent ces êtres que la vie matérielle a quitté (ennemi potentiel ou alors on essaie de s’attirer leur bienveillance) à importance des rites funéraires : hostilité de tout ce qui est différent

  • Apparence de fantômes vêtus d’un linceul blanc, se déplacent par lévitation à travers murs et couloirs

Les « péris » en mer(marins noyés au large ou habitants les villes côtières) en Bretagne ne sont évidemment pas présents en Ardenne.

par contre, il y a un point commun entre les 2 pays, c’est le feu ; en Ardenne, ce serait l’âme d’un enfant mort sans baptême, en Bretagne, dans le Finistère, on raconte que des hommes, l’un tenant une lumière à la main, un autre un tison s’évanouirent dans les flammes à l’approche d’un marchand

  • le bruit (tout semble être déplacé)
  • apparitions nocturnes (apparence de squelettes d’hommes ou d’animaux)
  • les personnages qui viennent hanter ont subi une mort violente ou criminelle
  • ou ce sont des malfaiteurs ou assassins astreints à refaire ou réparer l’acte qui leur a valu la condamnation à date fixe
  • ou c’est « la foule des trépassés » qui doivent attendre parce qu’ils ont vécu une vie trop quelconque

Pour le Breton, le Réel n’est que transformation continuelle de l’essence des choses

Le réel n’est qu’illusion, métamorphose (comme le feu) qui est le passage d’un état à un autre ; ce passage d’un état à un autre caractérise la pensée bretonne, le monde est transition à grande familiarité entre les vivants et les morts, entre les mortels et les divinités, entre les humains et les êtres surnaturels.

Dans les croyances populaires de Bretagne, rien n’est stable, définitif, tout est faux, décevant, trompeur sauf l’être humain lui-même qui est immortel et qui recherche le paradis perdu dans toutes les merveilles

Cette familiarité entre le monde des vivants et celui de l’au-delà est un apport celtique qui s’est prolongé dans le Christianisme : chez les peuples pré-celtiques, les rites funéraires avaient avant tout pour objet d’empêcher les âmes de venir tourmenter les vivants ; ils pensaient qu’après la mort, ces êtres libérés de l’espace et du temps avaient de redoutables pouvoirs et errer sur la terre invisibles et malfaisants

en Ardenne, Burdinal apparaît en plein jour pour rétablir la justice ; Le Toucheur est un mendiant qui châtie les avares en les touchant avec son bâton, ce qui les fait disparaître pendant des années

en Bretagne, les âmes des morts = les Anaons ne se manifestent que la nuit, sauf quand elles ne sont pas des Justiciers

Les revenants ont aussi mission d’avertir :

  • apparition nocturne invitant quelqu’un qui va mourir à apporter un changement positif dans le peu de temps qui lui reste à vivre
  • faire à comprendre à quelqu’un qui détient une autorité de changer de sa façon d’envisager les choses
  • l’apparition peut être accompagnée de cris ou de lamentations

  • elle peut révéler le besoin d’une prière ou d’un geste qui délivrerait un personnage et lui ouvrirait les portes du paradis

c’est la « pêneuse messe  » en Ardenne et la « messe des Revenants  » en Bretagne

  • un homme est appelé à servir une messe la nuit
  • le prêtre et les fidèles sont tous des trépassés
  • l’acolyte doit appartenir au monde des vivants pour que le les assistants et parfois le célébrant puisse entrer dans les grâces de Dieu

Au Cap-Sizun, un jeune homme entré par hasard dans une cathédrale enfouie dans les souterrains de Keran de mettre une pièce dans le plat de la quête pour ressusciter la ville d’Ys et ses habitants qui, sinon, devront encore attendre 100 ans une nouvelle occasion

  • notion celtique de symbiose entre vivants et morts
  • notion chrétienne de communion des saints
  • à les actions positives d’un individu profitent à toute la société des vivants et des morts


Laisser un commentaire

ma vie |
Amour, Beauté, Désir |
the green dress and the blu... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...
| Le monde de alarc