Les êtres de la nuit

La nuit a toujours apporté un sentiment de crainte propice à la création de croyances en des êtres redoutables ; meilleur moment pour l’apparition de revenants, mais c’est aussi dans l’obscurité que l’imagination, excitée par la peur, cherche des explications fantastiques à des phénomènes qui intriguent l’esprit.

Les feux-follets, âmes errantes à la recherche du repos

en Ardenne, ce sont les lumerettes, lumerottes, les hommes du feu, les flambias, les escaufeûrs ou scoffûres, les grimons

en Bretagne, ce sont les Taraned, tan-foll, arc’helar, halerennou, tan-red, tan-noz, Paotrik he skod tàn

Ils manifestent dans les sifflements et les ricanements une attitude agressive. La nuit permet à de nombreuses formes vagues ou floues de prendre consistance dans l’esprit de celui qui se promène (illusions optiques et mentales)

en Ardenne,

  • La Mort n’apparaît pas dans les légendes ardennaises (on ne trouve que des revenants)
  • Les ouyeux ou crieurs de la nuit ont chacun une physionomie et une spécialité qui va du monstre aquatique au chasseur ma
  • Le lutin farceur, Roudge Bounette, lance à fond de train des charrettes sans chevaux sur les pentes de la Semoy ; il s’en prenait aux noctambules et jouaient des tours aux meuniers (la nuit, il ouvrait la vanne et faisait marcher le moulin à vide)
  • Le cheval blanc soufflant des flammes par ses naseaux, souvent accompagné d’un autre cheval rouge feu, ou un mouton (ils chargeaient et piétinaient ceux qu’ils rencontraient dans les bois)
  • A Burhai, un homme hantait la nuit, il était pacifique mais ses doigts brûlaient les vêtements des gens là où ils les touchait
  • Dans cette région, il y avait aussi un squelette portant un casque à crinière et chevauchant un cheval noir qui jetait des flammes par les yeux, la bouche et les naseaux
  • Le matin, on pouvait trouver le cheval épuisé dans son écurie, un sorcier ou un lutin malveillant l’ayant fait galoper toute la nuit

en Bretagne,

  • L’Ankou, charretier de la Mort, est effrayant la nuit quand il circule avec sa faux, dont le tranchant est à l’extérieur
  • Enterrement que l’on voit passer dans un chemin creux
  • Cheval d’ombre
  • Biche blanche
  • Lavandières de la nuit = kannerezed-noz qui annoncent votre décès et vous emportent dans l’au-delà en vous invitant à tordre un linceul avec elles, ou elles nous noient si vous refusez de les aider ; parfois appelées Dames Blanches (différentes des Dames Blanches = fées en Ardenne)
  • Dans la nuit bretonne, de nombreux cris se font entendre car les êtres de la nuit hantent grèves, étangs, gués, croisements, rochers, fontaine
  • Le hoper-noz, crieur nocturne, ululait comme une chouette en divers endroits
  • Yannig an Aod en Cornouaille attirait dans les flots ou étranglait celui qui répondait à ses hurlements sinistres
  • Dans le Trégor, des géants assommaient ceux qui leur répondaient 3 foi
  • D’autres entraînaient dans les mares et donnaient par leurs cris l’impression d’être très proches ou très lointains
  • Le c’hwitellour-noz ou siffleur de la nuit vous égarait puis vous sautait sur le dos pour se faire trans porter à une longue distance (comme le loup-garou)
  • Pour ne pas les rencontrer, il ne fallait pas siffler la nuit ; c’est toujours vers minuit que ces personnages avaient leur maximum d’efficacité
  • Bugel-noz, enfant de la nuit, peut-être fils de Yannig an Aod, hante bois et chemins, visage caché par un chapeau à larges bords et corps enveloppé dans un long manteau blanc ; comme dans les cauchemars, il grandit à votre approche ; c’est un voleur d’enfants
  • Goaper, le moqueur

Parfois un cheval se laisse approcher et monter pour emporter son cavalier dans une randonnée infernale qui se terminait par un plongeon dans une mare ou un cours d’eau

La portée moralisatrice de ces êtres de la nuit était en fait une façon d’inciter les jeunes à rester dans le droit chemin s’ils sortaient la nuit ; mais ils servaient aussi d’excuse aux retours tardifs et étaient le prétexte de blagues

La nuit, les bruits prennent une résonance particulière ; l’obscurité des caves ou endroits sombres de la maison servait de refuge à des personnages redoutés parce qu’ils incarnent la peur du noir

 

en Ardenne, Petits vieillards assez méchants, les pépés constituent une version négative des nutons ; ils avaient un rôle de croque-mitaine, efficace auprès des enfants – Le Pépé Crotchet en est la version aquatique

Les vampires sont ignorés dans les 2 contrées.

en Bretagne, La nuit est le moment de nombreux déplacements : ceux qu’effectuent les âmes qui n’ont mérité ni le bonheur éternel ni la damnation ; elles sont embarquées vers certaines îles dans des vaisseaux qui semblent vides bien que très chargés, le bag-noz ou lestr an Anaon dont le pilote est le 1er ou le dernier mort de l’année ; s’ils sont débarqués sur l’île de sein, ils deviennent des feux-follets qui disparaissent sous terre
 

 

 


2 réponses:

  1. Maurice Brigitte écrit:

    Bonjour
    vous m’avez bien nourrie, merci
    Je suis Belge vivant en Auvergne et conteuse…
    J’ai voyagé sur le net ce matin à la recherche des lavandières de nuit pour une commande de spectacle.
    J’aimerais bien refaire un petit tour par là haut, le coeur des Belges me manque un peu !
    Belle journée à vous

  2. Maurice Brigitte écrit:

    Bonjour
    Vous m’avez bien nourrie, merci
    Je suis Belge vivant en Auvergne et conteuse..
    J’ai voyagé ce matin sur le net à la recherche des lavandières de nuit pour une commande de spectacle.
    Le coeur des Belges me manque un peu !
    Belle journée à vous
    Brigitte ( Mélusine)

Laisser un commentaire

ma vie |
Amour, Beauté, Désir |
the green dress and the blu... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...
| Le monde de alarc