Les créatures des eaux

C’est la grande différence entre les 2 régions : étangs, puits et rivières se retrouvent dans les 2 mais importance de la mer dans les légendes bretonnes.

Depuis l’Antiquité, le chant de certaines créatures aquatiques (sirènes, Lorelei) a pour effet d’entraîner les hommes à leur perte ; les « esprits des eaux » semblent avoir été créés pour dissuader les humains et surtout les enfants de trop s’approcher de l’eau (risque de perdre la vie)

En Ardenne

  • Pépé Crochet ou Cotchet (cousin des Pépés vivant dans les endroits sombres) : armé d’un crochet, ce croque-mitaine entraîne les gens, mais surtout les enfants dans les étangs ou les puits
  • Souvent on lui donne un nom : Henri, (Jean chez les flamands)
  • En Gaume et Ardenne, il est remplacé par Marie Crochet
  • L’homme aux dents rouges et saignantes dans le N des Ardennes : son nom était évoqué pour faire obéir les enfants
  • Les esprits Grimons se tiennent dans les herbes qui bordent le ruisseau St Rémi à Muno (ne sont jamais vus = esprits) mais responsables de joues enflées et d’ecchymoses, suites à des griffes faites « aux gens dont la figure leur déplaît » ; ils peuvent prendre la forme de lumerettes ou feux-follets pour entraîner les gens dans les fondrières (comme les pie-pie-van-van)

En Bretagne

  • La Dame Blanche de Pont Guen entraînait les passants au fond de la rivière Steir qui dans la nuit tombait du pont sans parapet
  • Le Teuz-ar-Pouliet, l’espiègle de la mare, est un nain vêtu de vert qui change de forme animale à volonté
  • Les « Arbeilo Noz » se tiennent dans les ajoncs pour effrayer les passants
  • Attirance d’un humain pour une personne du sexe opposé chez les créatures fantastiques
  • Important en Bretagne parce que toutes les créatures des eaux seraient la descendance de Dahud ou Ahès, responsable de l’engloutissement de la ville d’Is (Dahud est ele-même fille du roi Gradlon et d’une fée)

Les sirènes, belles femmes dont les jambes sont remplacées par une queue de poisson

  • La femme-poisson est partiellement vraie en Bretagne : les Morwragez sont de jolies femmes aux longs cheveux d’or qui ont une queue de poisson, les morganes, Mari Vorgan ou Mari Morganes vivent dans l’eau mais ont des jambes comme leurs cousines, les fées
  • Les sirènes et les morganes enlevaient les enfants et les jeunes gens qui se promenaient sur les rivages, les morgans, eux, enlevaient les jeunes filles
  • Dans la mythologie méditerranéenne, les sirènes sont des femmes surnaturelles dangereuses pour les marins ; on retrouve ce thème chez les bretons, mais avec une démarche romantique et surtout initiatique : un jeune homme enlevé revenait avec un objet, gage de son passage dans l’autre monde
  • Les sirènes et morganes ne vivaient pas qu’en eau salée, mais aussi dans l’eau douce des lacs
  • Morgane est souvent confondue avec Mélusine, déesse celtique des eaux (voir fées)
  • Similitude entre Koerich et Korrig-Korrigan, et similitude entre Mélusine, fée des grottes et des nains et « mengleuziañ » (= creuser une mine)

Mélusine est venue épouser le seigneur de Koerich dans la forêt d’Ardenne, dans le domaine des nains métallurgistes, les Vichtels

D’anciennes divinités chtoniennes ont été transformées en Vierges Noires

en Ardenne

  • Mélusine et ses 2 sœurs semblent avoir été transformées en saintes Fides, Spes et Charitas
  • Le carnabot vit dans une anciennes ardoisière du plateau de Rocroi (né du croisement d’un sorcier bohémien et d’une goule (corps vaguement humain, yeux de basilic, trompe au sifflement mortel) – aurait eu le pouvoir de guérir le panaris
  • Le mawhot vit dans la Meuse qu’il ne quitte que pour annoncer un malheur : sorte de lézard ayant la taille d’un veau)
  • Le trécouche, énorme crustacé à écailles pourvu de pattes à pinces et d’une redoutable mâchoire – vit dans les gouffres de la Basse-Semois
  • On a personnifié la Gofe (gouffre), tournoiement d’eau qui creuse le côté interne des coudes que dessinent les rivières ardennaises

En Bretagne

  • Les eaux stagnantes étaient souvent hantées par la déesse celtique Ana, gardienne des passages entre le monde des vivants et celui des morts
  • Pôtr Penn er Lo, sur terre ou sur mer, multiplie ses farces aux pêcheurs bretons
  • Son frère Kolé Porh en Dro fait de même
  • Près de Morlaix, le pousseur de la Dourduff était le fantôme d’un marin venant chercher son navire englouti et poussait dans l’abîme les prétendants de la cruelle Igilt essayant de repêcher l’or pour remplir la corbeille de mariage
  • Les marins interprètent les présages : le cormoran est messager de malheur, mouettes et courlis viennent annoncer la mort d’un pêcheur en mer près de Tréguier en battant des ailes devant sa maison
  • · Dans le Finistère, un vol commis sur un bateau portant malheur au volé : on chassait le mauvais esprit en brûlant de la paille dont la fumée devait se répandre dans tout le bateau
  • A Audierne, le malheur, c’est le Bosch qui ne s’affaiblira qu’avec le temps à moins qu’on ne trouve un moyen plus efficace comme voler sur un autre bateau
  • Signaux donnés par les mouettes aux pêcheurs : si elles arrivent en grand nombre sur la côte, c’est que les poissons y viennent aussi – en mer, si elles sont nombreuses à plonger, c’est signe d’abondance de poissons
  • Il existe à Plomodiern un poisson miraculeux qui se reconstituait si on le coupait en morceaux (poisson qui vivait dans une fontaine dans l’ermitage de St Corentin – légende d’Is)

 


Une réponse:

  1. je fais des recherches sur les créatures aquatique. pouriez vous m’en dire plus par mail? si vous avez de la documentatio, quoi que ce soit quqi puisse m’aider dans mes recherches , je vous en serez trés reconnaissante. merci d’avance

Laisser un commentaire

ma vie |
Amour, Beauté, Désir |
the green dress and the blu... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...
| Le monde de alarc